Ghana : Rallye entre prix du carburant et coût de la vie quotidienne à Accra

Rond point Kwame Nkrumah, Accra

Rond point Kwame Nkrumah, Accra

 

 

 

Accra, vendredi 22 février 2013. A la station Total d’Abeka, le tableau d’un pompiste affiche 2,0496 Ghana cedis par litre. Depuis l’augmentation du prix du carburant et du gaz butane de 15 à 20 %  le dimanche 17 février dernier au Ghana, le coût de la vie à Accra et dans les autres villes est revu à la hausse.

En partant des tarifs de transports interurbains aux tarifs interrégionaux, l’on se rend compte que le Conseil Ghanéen des transporteurs routiers (GRTCC) a augmenté les prix,  les usagers subissent le phénomène et la population ordinaire, constituée essentiellement des consommateurs sont obligés de débourser un peu plus et tout le monde murmure.

Ainsi donc pendant que les « trottros » les minibus de transports commun ont ajouté 10 pesewas à leurs tarifs, les bus qui font les longues distances ont quant à eux ajouté un surplus de 35 pesewas au prix unitaire de leur billet. Chez les taxis à louer, pour 2,5 kilomètres de parcours à effectuer, il faut désormais ajouter un bonus obligatoire de 0,70 Ghana cedis.

Et comme s’il fallait s’y attendre, les prix de tous les produits de biens de consommation jusqu’aux bien immobiliers ont connu une augmentation instantanée. Pour justifier la nouvelle donne, l’on n’hésite pas à parler de hausse de carburant par l’Etat. Ce qui suivra après sans nous tromper, c’est le prix des locations. En effet les « landlords et les landladies » entendez les propriétaires de maisons ne guettent parfois que ces occasions de hausse du prix du carburant pour porter à la hausse le prix de leur loyer mensuel.

Dans toute cette histoire ceux qui payent le plus c’est le commun des citoyens qui doivent débourser plus et pour le transport et pour le manger bref pour tous les besoins quotidiens.

Rappelons que qu’une déclaration signée par Alex Mould, le  directeur de l’Autorité National du Pétrole (NPA)  a statué que « le prix indicatif maximum pour un litre d’essence sera de 2,0496 Ghana cedis (9.22 Ghana cedis  par gallon) et le prix indicatif maximum pour un litre de diesel sera de 2.0683 Ghana cedis (9 0,31  Ghana cedis par gallon) ». Le gallon équivaut a environ 4,5 litres. Le pétrole connait une augmentation de 15% et le prix du gaz butane est de 24.36  Ghana cedis pour la bouteille de 12,5 kg. Selon le NPA,  la hausse est basée sur le nouveau prix du baril du pétrole brut qui se vend à 116 dollars  US.

Des raisons du désengagement du gouvernement à continuer par subventionner le prix du carburant, il a été révélé que l’Etat débourse chaque année  environ 2,4 milliards de Ghana cedis pour  l’essence, le diesel et le gaz butane  et que la mesure ne peut plus perdurer.

The following two tabs change content below.
happy
Jeune journaliste bilingue à Accra, la capitale du Ghana, je me propose de vous abonner aux informations en provenance du Ghana, un pays anglophone de l'Afrique de l'Ouest. Suivez-moi et envoyez-moi vos propositions pour mieux vous informer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *