Ghana : Polémiquement, à vos poches, paye de caution d’entrée en Angleterre !

27 juin 2013

Ghana : Polémiquement, à vos poches, paye de caution d’entrée en Angleterre !

Un avion du British Airways
Un avion du British Airways

Aller en Angleterre pour un séjour ne sera plus une partie de plaisir pour des ghanéens. Il faudra désormais disposer d’une fortune.

En effet, les autorités britanniques ont proposé un projet de loi qui stipule quel’entrée des ghanéens sur leur territoire sera soumise au  payement d’une caution de £ 3,000 en espèces soit une somme d’environ 2.300.000F Cfa. Cette fortune sera reversée au dépositaire lors de son départ mais s’il dépasse le délai légal de son séjour entendez « overstaying », il n’aura plus droit à son avoir.

Pour le ministre britannique de l’intérieur, Mme Theresa May, qui a présenté ce projet de loi pilote, l’initiative vise à contraindre les visiteurs ghanéens à ne pas excéder la durée du séjour « overstaying », qui leur a été accordée lors de l’obtention de leur visa.

La mesure a suscité des réactions diverses auprès des ghanéens qui ne comprennent pas le mobile de cette initiative sur l’immigration dans leur ancien métropole. La polémique a même fait échos au parlement et certains députés n’ont pas hésité à exhorter le gouvernement d’appliquer la réciprocité pour les citoyens britanniques qui aimeraient se rendre au Ghana.

En essayant de lever les zones d’ombres qui entourent cette initiative, l’ambassadeur Peter Jones, le Haut Commissaire du Royaume-Uni à Accra a déclaré que la paye obligataire de £ 3.000 exigée aux visiteurs des pays étiquetés comme des pays à haut risque est un projet de loi politique qui n’est pas encore mis en vigueur. Le diplomate britannique précisera que même si ce projet de loi pilote entre en pratique, il ne s’appliquera qu’à un petit nombre de visiteurs dans son pays.

Du coté des autorités ghanéennes, Murtala Mohammed, le vice-ministre de  l’Information a déclaré qu’en l’absence de toute notification officielle, il est inapproprié d’émettre une réponse ou de demander des éclaircissements à l’ambassade britannique. Il a par la suite l’annonce du projet de loi britannique sur l’immigration comme une rumeur.

Rappelons que ce projet de loi pilote qui sera à sa phase d’essaie va entrer en vigueur à partir du mois de novembre prochain. Outre le Ghana, cinq autres pays étiquetés de pays «à haut risque» à savoir le Nigeria, l’Inde, le Pakistan, le Sri Lanka et le Bangladesh tombent sous le coup de cette loi. . La deuxième étape de cette loi pilote s’appliquera plus tard aux demandeurs de permis de travail et de visas d’étudiant. Si l’essai s’avère concluant, selon les autorités anglaises, il sera étendue aux autres pays du monde.

En somme si cette loi, mieux ce projet de loi fait des vagues au Ghana, il laisse croire à certaines personnes l’idée une fermeture graduelle des frontières britanniques. Il est à noter que le projet britannique est boudé au Nigeria et en Inde. La mise en œuvre de cette loi qui exempte les citoyens de l’Union Européenne risque de créer à l’avenir des dissensions au sein de la Communauté Commonwealth.

Partagez

Commentaires

Serge
Répondre

Gouvernement conservateur en Angleterre, normal. mais bon, la réciprocité est une bonne idée dans ce cas