Ghana : Le gouvernement s’oppose à la demande d’asile de certains supporters au Brésil

Vue partielle de l'Etoile noire (ph) à la place de l'indépendance à Accra

Vue partielle de l’Etoile noire (ph) à la place de l’indépendance à Accra

Le gouvernement ghanéen annonce qu’il n’y a pas pas de conflit religieux qui se passe dans le pays et que par conséquent son homologue brésilien renvoie l’effectif d’environ 200 supporters qui lui ont fait la demande d’asile au Brésil.

Des dessous de cette affaire, l’Associated Press (AP) a révélé le mardi dernier que la police fédérale dans la ville de Caxias do Sul au Brésil a annoncé que des centaines des supporters ghanéens ont demandé l’asile au Brésil.

En motivant les raisons de leurs refus de retourner au Ghana, les supporters ont d’abord fait savoir qu’ils sont des musulmans et qu’en plus ils sont entrain de fuir les violents conflits entre les sectes musulmanes au Ghana.

En s’inscrivant en faux contre le motif avancé, le vice-ministre ghanéen de l’Information du Ghana, Ofosu Kwakye, a rétorqué qu’il n’y a pas de conflit religieux dans le pays et que le « …Ghana est l’un des pays les plus stables et pacifiques non seulement dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest mais aussi sur le continent africain ».

En attendant que le Brésil se prononce sur la demande faite par les supporters ghanéens qui sont initialement aller au Mondial 2014 pour supporter les Black Stars, le gouvernement ghanéen a fait connaitre sa position sur cette affaire.

Si dans un premier temps le vice-ministre de l’Information a annoncé l’ouverture d’une enquête au Brésil pour éclaircir cette affaire, son homologue des Affaires Etrangères est allé plus loin en annonçant avoir demandé au Brésil de renvoyer les demandeurs d’asile quand arrivera l’expiration de leur visa.

Enfin rappelons qu’avant le mondial et dans le but d’apporter un soutien aux Black Stars au Brésil, le gouvernement ghanéen avait décidé d’envoyer 500 supporters avec ses propres frais.

Après l’élimination des Black Stars en phase de groupe, l’équipe nationale et une partie des supporters sont revenus au Ghana mais d’autres ont poursuivi leur séjour jusqu’à ce l’on apprenne qu’ils demandent asile auprès des autorités. Ces derniers auront-ils une suite favorable à leur demande à vouloir rester au Brésil, on attend de savoir.

The following two tabs change content below.
happy
Jeune journaliste bilingue à Accra, la capitale du Ghana, je me propose de vous abonner aux informations en provenance du Ghana, un pays anglophone de l'Afrique de l'Ouest. Suivez-moi et envoyez-moi vos propositions pour mieux vous informer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *