Ghana : le défunt poète Ewé Awoonor rentre du Kenya pour la terre

Kofi Awoonor

Kofi Awoonor

La dépouille mortelle de l’ex-président du Conseil d’Etat ghanéen, Kofi Awoonor sera rapatriée du Kenya au Ghana ce mercredi 25 septembre. Quant à son fils Afetsi Awoonor qui a été blessé dans la fusillade, il se remet de ses blessures dans un hôpital de la capitale kényane.

Awoonor a été tué le samedi 21 septembre au centre commercial Westagate de Nairobi par des militants shebabs. Le regretté poète Ewé était parti au Kenya pour participer au festival littéraire « Story Moja Hay Festival » quand il a été abattu par des shebabs.

Pour ses obsèques au Ghana, il est prévu une cérémonie familiale le 3 octobre et ensuite celle de l’Etat ghanéen le 11 octobre. Après ces deux rites, le corps du défunt prendra la direction du village de Wheta, une localité dans la région du Volta pour être rendu à la terre de ses ancêtres dont il a fait l’apologie de son vivant.

Avant ce rapatriement, une délégation familiale était partie au Kenya pour aider à identifier le corps. Quand bien même les autorités ghanéennes avaient confirmé le décès tragique d’Awoonor, la famille a expliqué que selon la tradition on ne se base pas sur des rapports pour attester un décès.

A ce propos, le professeur Anyidoho, un proche du disparu explique : « Notre tradition… ne nous permet pas de nous baser sur des ouï-dire, c’est pourquoi nous avons envoyé une délégation au Kenya. Ce n’est pas que nous ne croyons pas à la version du gouvernement, cela fait partie de la tradition ».

Pour l’honneur dû au disparu, une chose rare, voir un roi se déplacer vers son sujet, les sommités des chefs et rois Ewé arrivent dans la maison mortuaire pour présenter leurs condoléances à la famille éplorée. Selon son testament, Awoonor sera inhumé le 9 novembre  selon les rites de sa tradition Ewé. Il laisse inachevé, du moins la parution de son tout nouveau roman « La promesse de l’espoir ».

Né en 1935 au Ghana,  Kofi Awoonor a fait ses études primaires à l’école d’Achimota (Accra) et ensuite à l’université du Ghana à Legon toujours à Accra. Il enseignera plus tard la littérature africaine dans cette même université.

Après un passage en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis pour raisons d’études postuniversitaires, Awoonor retournera au Ghana en 1975 pour être le chef du département d’anglais à l’université de Cape Coast. Mais il sera arrêté pour cause d’une sombre affaire de tentative de coup d’Etat ayant impliqué le lieutenant d’Aviation Jerry John Rawlings. Au début des années 90, il dirigera à l’ONU le comité contre l’apartheid. Sous feu le président Atta Mills, il deviendra le président du Conseil d’Etat.

De l’héritage littéraire qu’il a laissé on peut citer des œuvres en anglais comme :

Night of My Blood (1971), des poèmes qui explorent les origines d’Awoonor et l’impact de la domination étrangère en Afrique

This Earth, My Brother (1971), un roman allégorique qui décrit la dépression mentale d’un jeune homme au milieu d’une confusion morale ambiante

The Breast of the Earth (1975), un aperçu historique, culturel et la littérature de l’Afrique au sud du Sahara

 

 

 

 

 

The following two tabs change content below.
happy
Jeune journaliste bilingue à Accra, la capitale du Ghana, je me propose de vous abonner aux informations en provenance du Ghana, un pays anglophone de l'Afrique de l'Ouest. Suivez-moi et envoyez-moi vos propositions pour mieux vous informer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *