Ghana : Course contre les langues étrangères à l’Université du Ghana

Université du Ghana,Legon, photo Carlos Amevor

Université du Ghana, Legon (Photo: Carlos Amevor)

A la faveur des festivités marquant le 65eme anniversaire de l’Université du  Ghana à Legon,  les départements de Langues modernes ont organisé à l’attention des étudiants à la Maison Française de Legon le mercredi 24 avril 2013 une journée axée sur le thème « Le pouvoir des langues qui traversent les frontières nationales».

Selon Ingrid Asare, une stagiaire qui participe à la coordination des activités à la Maison Française de Legon, une structure qui correspond à peu près à l’Agence Universitaire de la Francophonie dans les pays francophones, le but de cette rencontre a permis de démontrer aux étudiants ghanéens l’importance des langues étrangères dans les relations internationales.

Un accent particulier a été mis sur la traduction et l’interprétariat pour ceux d’entre eux qui voudront embrasser cette carrière. La séance a été animée en deux langues, français-anglais, afin de permettre aux étudiants des autres facultés à saisir l’importance du sujet débattu.

Des étudiants ayant fait office du Conseil de l’ONU, photo Carlos Amevor

Des étudiants ayant fait office du Conseil de l’ONU, photo Carlos Amevor

Cet événement qui a mimé un peu la session de l’Assemble générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) où plusieurs langues se parlent à la tribune avec une traduction simultanée, a vu la participation des étudiants délégués venus de certains pays membres de l’organisation. Ces derniers se sont déguisés en des représentants du Conseil de sécurité. Pour la circonstance, le bureau a été présidé par un étudiant qui a représenté la France.

Pour l’historique, rappelons qu’en 1950, l’Université du Ghana a créé le Département d’études françaises pour commencer son programme en langues étrangères. En 1964, il est devenu la section française, alors que quatre autres langues, l’arabe, le russe, l’espagnol et le swahili ont été introduites. Le chinois a été introduit plus tard, ce qui porte à six, les langues proposées par le ministère de l’Enseignement Supérieur au Ghana.

En août 2011, le département des Langues Modernes a été divisé en deux départements à savoir le département des Langues modernes et il comprend l’arabe, le chinois, le russe, l’espagnol et le swahili, et le département de Français.

Comme objectif, le département de français cherche à devenir un centre d’excellence pour l’apprentissage de cette langue et un centre de recherches en études françaises et francophones.

Ghana : Les 100 premiers jours du Président John Mahama à la loupe

John Mahama assis au milieu, crédit ghanaweb

John Mahama assis au milieu (Crédit ghanaweb)

Le Président ghanéen John Mahama a bouclé le mercredi dernier 17 avril 2013 les 100 premiers jours de son accession à la magistrature Suprême depuis qu’il a prêté serment en tant que le nouveau chef de l’Etat du Ghana. Candidat du Congrès National Démocratique (NDC), le parti au pouvoir, Mahama a été élu suite à  la présidentielle des 7 et 8 décembre 2012.

Comme il est de coutume dans de nombreux pays du monde, au Ghana les 100 premiers jours du Président Mahama ont été évalués par certains de ses concitoyens pour savoir ses performances et ses lacunes.

Après son entrée en fonction, Mahama en dépit des difficultés, a réussi à maintenir le cap de l’économie ghanéenne. En termes de composition de son équipe gouvernementale, petit à petit, il a fait appel à certains cadres pour composer son administration en vue d’une meilleure gestion du pays. La déclaration de politique budgétaire pour l’exercice 2013 quoique boycottée par l’opposition a été présentée et approuvée par le Parlement.

L’un des temps forts de cet intervalle de temps restera  le discours qu’il a prononcé lors de la célébration du 56e anniversaire de l’indépendance du Ghana. A cette occasion il a appelé tous les ghanéens à accepter la responsabilité collective des  échecs du pays afin de joindre leurs efforts pour un meilleur développement du pays.

Face à la cherté de la vie, l’une des décisions, la plus difficile qu’a prise l’administration de Mahama, a été l’augmentation du prix des carburants, une mesure qui a fait grimper le coût du transport et de la vie quotidienne.

Même s’il y a un peu de mieux ces derniers jours-ci, l’un des problèmes majeurs auxquels fait le gouvernement reste le délestage, la pénurie d’eau dans certains quartiers de la capitale et la pénurie de gaz butane.

Mais à coté le contentieux électoral issu de la présidentielle de décembre 2012 reste toujours en suspens au moment où la Cour Suprême se penche sur cette affaire. Il est à rappeler qu’en fin d’année dernière, l’opposition du Nouveau Parti Patriotique (NPP) conduit par son candidat à cette présidentielle, Nana Akufo Addo, Mahamudu Bawumia, le candidat à la vice-présidence et Jake Obetsebi Lamptey, le président national NPP contestent les résultats officiels proclamés par la Commission Électorale et de facto refusent de reconnaitre la victoire de l’élu. En saisissant la Cour Suprême, ils ont prié les juges d’invalider la victoire du Président Mahama.

En somme, si ces 100 premiers jours sont un succès pour le NDC, le parti au pouvoir, par contre dans l’opposition NPP, l’ex député Stephen Balado Manu parle pour sa part d’échec sans précédent. Il a expliqué que les grèves, les problèmes d’électricité, d’eau et les pénuries de gaz prouvent que le Président n’est pas encore au contrôle des affaires.

A l’opposé de cette thèse, un professeur d’université, Seidu Alidu, soutiendra que le Président Mahama n’a pas déterminé les 100 premiers jours comme un délai où il devra ses accomplir ses programmes.

Loin de toute considération, il est à noter que la formation du gouvernement qui compte des ministres et des vice-ministres a tenu compte des équilibres régionaux et surtout l’appel aux jeunes cadres pour cogérer le pays.

Ps: Voici le résumé de la vidéo des 100 premiers jours du Président John Mahama.

Ghana : Bruits de coup d’Etat : La démocratie ghanéenne va-t-elle s’effondrer ?

Soldiers honors to Mahama

Soldats ghanéens rendant des honneurs militaires, crédit Président John Mahama

Le Ghana, un pays anglophone ouest africain blotti entre trois voisins francophones Togo, Burkina Faso et Côte d’Ivoire, qui continue de faire la fierté de l’Afrique en matière de réussite démocratique et socio-économique est confronté depuis plus d’une semaine à une polémique de coup d’Etat.

A l’origine de l’affaire, Budu Koomson, un ex Capitaine de l’Armée ghanéenne a déclaré sur Oman Fm, une radio privée de la capitale, il y a  quelques semaines que le mécontentement des travailleurs ajouté aux nombreuses crises énergétiques et de pénurie d’eau plus le retard dans le règlement du contentieux électoral de décembre 2012 actuellement en étude devant la Cour suprême pourraient servir de causes pour un coup d’Etat dans le pays.

Cette information, qui en a inquiété plus d’un dans le pays, a été reprise en échos par Atta-Krufi, le représentant du principal parti de l’opposition, le Nouveau Parti Patriotique (NPP)  au Royaume Uni et Irlande la semaine dernière. Atta-Krufi a avancé qu’il y a une forte probabilité qu’un coup d’État se produise au Ghana si le Président John Mahama et son gouvernement ne prennent pas des mesures concrètes pour inverser les conditions de vie difficiles des ghanéens.

Cette dernière annonce a déchainé des flots de réactions dans la capitale tant du coté du gouvernement que du coté de certains acteurs clés de la vie politique ghanéenne.

D’abord du coté du gouvernement par la voix du ministre de la Défense, Mark Woyongo, Lire la suite

Sénégal-Ghana : Le récit d’un voyage retour à Accra !

Feux tricolores à  Accra

Feux tricolores à Accra

Sitôt les lampions éteints sur la formation Mondoblog Dakar 2013, les participants ont repris le chemin retour vers leur pays de provenance respectif. En reprenant mon vol à Dakar au Sénégal avec la compagnie aérienne africaine ASKY, pour rallier Accra, la capitale ghanéenne, nous avions dû faire des détours au Mali, au Togo avant d’atterrir finalement au Ghana avec ce mot d’accueil d’une hôtesse « Akwaaba, welcome home », bonne arrivée à la maison.

Dakar, Bamako, Lomé, Accra, voila les différents itinéraires de notre périple ouest africain avec Asky qui a débarqué certains passagers au Mali et au Togo et profiter de l’occasion pour embarquer d’autres vers des destinations de la sous région. Pour un vol direct Dakar-Accra qui fait environ 2142 km ou 1331 miles pour une durée d’environ  2 heures 40 minutes, le nôtre a duré presqu’une demi journée. Et au départ de Lomé, c’était exceptionnellement de passagers anglophones que le vol a eu le plaisir d’accueillir. Ainsi donc déjà avec ce vol exceptionnel, je me retrouvais sur un territoire anglophone ambulant, histoire d’oublier l’ambiance francophone dans laquelle nous nous étions baignés pendant près de dix jours à Dakar.

Arrivés à Lomé en compagnie de deux autres mondoblogeurs, nous avions dû nous séparer pour nos diverses destinations. Tandis que notre consœur Nora prenait la route vers son domicile a Lomé, Azibert était en attente d’un vol pour son Tchad natal et quant à moi, je m’embarquais vers Accra, un court trajet de 30 minutes de vol.

Aéroport International Kotaka, Accra

Aéroport International Kotaka, Accra

Après donc cette demi-heure, me voici enfin au « Last stop », Accra, la capitale ghanéenne. Sitôt âpres la descente, les formalités d’usage remplies au service d’immigration a l’aéroport international Kotoka d’Accra, un taxi « dropping » était à la sortie pour nous ramener à la maison.

Au centre ville et plus précisément au rond point Kwame Nkrumah, c’est l’animation de tous les jours. Des trottros, ces mini-bus de transport communs, des cars de voyages inter-régions jonchent l’autoroute internationale Lomé-Accra. Par sa maitrise de la zone, le conducteur du taxi a fait un détour vers les hauteurs de l’Alliance française à Accra et nous revoilà dans la chaleur sur la route de New Town, un vieux quartier de la capitale ghanéenne, lieu où des étalages de marchandises  installés au bord de la route et les animations dans les cours ouvertes invitaient au partage des valeurs africaines empreint d’hospitalité.

Enfin une fois rentré, quelle ne fut ma surprise de savoir que bon nombre de blogeurs déjà à destination ont laissé des messages en attente pour savoir la où ou nous étions avec trajet. Alors à tous, sachez que notre périple ouest africain a pris fin et une nouvelle fois « Akwaaba » à vous tous et une pensée spéciale nos amis centrafricains qui sont encore bloqués à l’Espace Thialy à Dakar pour cause de vol annulé sur Bangui, la capitale centrafricaine, qui en proie à l’insécurité depuis la prise du pouvoir par les éléments de la Séléka.

 

Sénégal : Happy.mondoblog.org dans les coulisses de la radio Rfm à Dakar

Studio de la Radio Rfm à Dakar

Studio de la Radio Rfm à Dakar

A la faveur de la semaine de formation des bloggeurs de la plateforme  mondoblog.org qui s’est déroulée dans la première quinzaine du mois d’avril 2013 à Dakar, Happy, l’animateur ghanéen du blog www.happy.mondoblog.org est allé à la découverte de la Radio Futurs Media (Rfm) qui émet sur la 94.0 Fm afin de recueillir les secrets de ce groupe de media qui en vogue dans la capitale sénégalaise.

Située en plein cœur de Dakar et au bord de la Corniche, la bande côtière rocailleuse qui longe la capitale sénégalaise, la Rfm à l’image des autres radios privées qui animent la capitale, se veut être une radio de référence tout comme elle se distingue déjà par le contenu très varié de ses informations et programmes. En ce sens, la Rfm  diffuse à l’attention de ses auditeurs des programmes qui sont à la portée de tous et elle couvre la presque totalité du territoire national. Les émissions sont donc diffusées en langues française, wolof et poulah.

Antoine Diouf, le directeur de rédaction de la Rfm avec qui nous nous sommes entretenus, ce dernier après avoir fait un bref historique de la radio, s’est bien prêté à nos questions.

Des propos de notre confrère Diouf, il ressort que la Rfm qui est une radio trilingue a officiellement lancé ses activités le 1er septembre en 2003. Cette radio diffuse de l’information au quotidien pour ses auditeurs. Elle offre à ses auditeurs  8 éditions d’informations, 4 bulletins d’informations et des éditions le long de la journée. Lire la suite

Sénégal : Envol du Mondoblog Dakar 2013

Séance d'ouverture du Mondoblog Dakar

Séance d’ouverture du Mondoblog Dakar

La troisème édition du Mondoblog s’est ouverte à Dakar, la capitale sénégalaise, le dimanche 7 avril 2013 à l’Agence Universitaire de la Francophonie par une rencontre de plus de 50 bloggeurs sélectionnés sur une liste de 750 candidats issus de 54 pays.

Cet évènement qui se veut être une formation intense d’une semaine est organisée par l’équipe Rfi de l’atelier des media avec le soutien de certains partenaires tels que l’Unesco, l’Institut français de Dakar … et Reporters sans frontières.

Pour ce moment solennel, les organisateurs du Mondoblog  par la voix de Ziad Maalou, ont profité de cette occasion pour souhaiter d’abord une bienvenue à tous les bloggeurs et ensuite présenté un survol du programme de la formation.


Les activités proprement dites ont débuté le lundi par la présentation de la plateforme Mondoblog Rfi à ceux qui contribuent au jour le jour  à l’animation des différentes rubriques et pages.

Les blogueurs divisés en deux groupes A et B  ont eu de manière exceptionnelle et ce  tour à tour à se familiariser à mettre à jour les différentes activités qu’ils ont commencé à faire sur le site http://www.mondoblog.org et ensuite une sortie dans la capitale sénégalaise pour investiguer sur le quotidiens des dakarois.

La formation qui vient d’entrer dans sa phase pratique à l’Agence Universitaire de la Francophonie va s’étendre sur une semaine avec chaque jour une confrontation des idées, des échanges entre bloggeurs, initiateurs et maintenanciers web de la plateforme Mondoblog Rfi entre autres sur les techniques d’écritures journalistique, la recherche et la vérification de l’information, l’agencement et l’administration d’un blog, la mise en page d’un article pour publication….

Rappelons que Mondoblog est un programme de formation internationale visant à favoriser l’émergence  d’une blogosphère francophone.